Cliquez ici pour revenir à l'accueil

 

L'école Jacques Tati de Jard sur Mer

[ Le site de l'école ]

Entendu sur France Bleu Loire Océan le 9/12/05, le témoignage de Nellie Gallerneau, Directrice de l'école Jacques Tati de Jard sur Mer, à propos de la correspondance de Guy avec les enfants:

Entendu sur RCF le 4/10/05: reportage sur le suivi du voyage de Guy par l'école Jacques Tati de Jard sur Mer


 


Le 28 Septembre 2005:

Notre école s’appelle Ecole Publique Jacques Tati… Pourquoi Jacques Tati ? Vous le connaissez ?

C’est un grand réalisateur de cinéma français et un grand acteur.

      

En donnant son nom à notre école, nous avons voulu lui rendre hommage.

Nous travaillons beaucoup sur le cinéma, nous réalisons chaque année des films et nous allons beaucoup au cinéma. Nous avons une salle dans notre village et nous voyons une dizaine de films par an.

   

Jard sur mer est un gros village de Vendée. Il y a environ 3000 habitants l’hiver et dix fois plus l’été. Nous avons un port d’échouage qui est très joli.

Voilà la façade de notre école. Nous avons réalisé cette fresque quand on l’a baptisée, en 2002 et l’espace vert devant il y a deux ans.

L’an passé on a dessiné ces silhouettes de Jacques Tati avec son vélo dans « jour de fête » sur l’arrière de notre école, et à l’arrière de la cuisine, la scène représente Jacques Tati avec son neveu dans son film « mon oncle ».

  

Quand on entre dans l’école, voilà ce qu’on découvre : La cour avec un phare, un bateau, un très grand bac à sable où nous adorons construire de gigantesques châteaux, une structure avec un toboggan, une cabane. Cette cour goudronnée c’est plutôt celle des grands. On peut y jouer au foot avec des ballons en mousse et aussi au basket… On a oublié de dire qu’il y avait un mur d’escalade.

C’est dans cette cour qu’on fait la fête d’école à la fin de l’année.

Au fond, c’est notre restaurant scolaire. C’est Patrick qui fait la cuisine, aidé par Francine et on mange très bien.

De l’autre côté c’est notre salle de vidéo, qui sert aussi pour la garderie et de bibliothèque pour les petits.

Quand on traverse ce bâtiment tout en long par le couloir, on passe dans le petit jardin.

Regardez ! Il n’est pas si petit que ça ! Là aussi il y a un bac à sable. On attend un toboggan neuf.

Là-bas c’est la structure des petits et leur jardin potager. Au mois de juin ils ont mangé leurs pommes de terre. Pour l’instant il n’y a pas grand chose dedans car il a été tout refait cet été et on n’a pas le droit d’arroser à cause du manque d’eau. La pelouse commence enfin à repousser. Ces grillages à côté du potager, c’est le poulailler. Les petits y ont installé un coq nain et 2 poules naines qui donnent des œufs.

De l’autre côté du jardin c’est la classe de ce2-cm2. Le noyer nous donne plein de noix en ce moment. Avant d’entrer en classe, on se régale !

L’an dernier dans notre école il y avait cinq classes mais la mer attire beaucoup de monde et du coup pour acheter ou louer une maison ça coûte très cher. Alors les familles déménagent et on n’était pas 108 élèves le jour de la rentrée. Il a donc fallu fermer une classe.

Les plus petits (les PS-MS) sont 29. Leur maîtresse c’est Cécile et elle est aidée par Linda.

Dans la classe de GS-CP, il y a 24 enfants ; leur maîtresse s’appelle Marie-Line ; Jackelyne est là pour l’aider.

Ensuite, c’est la classe des 28 CE1-CM1. Dominique, leur maîtresse est arrivée cette année à Jard.

Et enfin, notre classe, celle des CE2-CM2. C’est nous qui profitons le plus du noyer car il est juste devant notre classe installée dans un préfabriqué moderne au bout du petit jardin. On est 25 et d’après Nellie notre maîtresse, un peu remuants !

La salle d’informatique s’ouvre sur le petit jardin par une porte vitrée. On a un réseau de six PC et deux MAC. C’est de là qu’on envoie tous nos mails à Guy et qu’on prend de ses nouvelles tous les jours sur son site ou dans la boite aux lettres s’il nous a envoyé un message.

Il nous donne sa position, on peut le situer sur une grande carte et s’il nous donne son cap et sa vitesse on peut estimer sa position du lendemain.

En ce moment on suit un autre skipper. Il s’appelle David Lefebvre, il a 21 ans et il est en train de faire la transat 6.50. Son bateau s’appelle Knauff. L’an dernier on avait suivi le skipper autrichien Norbert Sedlacek pendant le Vendée Globe mais il n’avait pas eu de chance car il avait presque perdu sa quille au Cap de Bon Espérance et on a jamais eu l’occasion de le revoir, sauf Manon qui lui a fait signer des posters de son Brother.

Nous, on va commencer à faire de la voile la semaine prochaine… mais attention sur des optimists. On n’est pas encore assez calés pour traverser l’Atlantique ou faire le tour du monde !

On a fait la connaissance de Guy juste avant la fin de l’école l’année dernière au mois de juillet et on est retournés le voir au tout début du mois de septembre. On lui a offert tout plein de dessins, ces peluches (la girafe et la souris) et on lui a préparé des surprises qu’il pourra ouvrir le jour de Noël.

 

Il a 61 ans et il est très sympa. Le jour de son départ, c’était un dimanche matin, on avait un peu le cœur gros de le voir partir sur son huîtrier vieux de 35 ans pour 300 jours… mais finalement pour nous aussi c’est une grande aventure très riche!

Avec Guy, c’est bien, on fait des vacations.

Une antenne a été mise sur le toit de l’école et dans la salle d’arts plastiques des radio-amateurs ont installé du matériel pour qu’on puisse parler à Guy tous les 15 jours. Les vacations se passent dans le calme. Les 53 enfants des deux classes de grands se rassemblent dans cette salle. Il faut être très silencieux car Guy nous parle de sa radio sur le Spray et sa voix, on ne l’entend pas très bien mais ce n’est pas grave car on arrive à comprendre un peu quand même. Sa voix, dans la radio-amateur, on dirait celle d’un robot très lointain.

  

On prépare des questions, on les écrit sur une feuille de papier et quand c’est notre tour, on vient s’installer en face de Jean Paul, à la table où il y a la radio mais c’est Jean Paul qui pose la question à Guy car pour parler dans une radio-amateur il faut avoir une licence et donc nous, on n’a pas le droit de parler dans le micro ! Mais on est très contents : on a vraiment l’impression de lui parler car il répond à notre question. En fait Jean-Paul nous prête sa voix pour parler à Guy.

Briac, le fils de Guy qui a 14 ans, participe à cette vacation par téléphone. On l’appelle avant que ça commence. Comme ça il peut entendre en direct et lui aussi poser des questions à Guy. C’est un peu comme si il était avec nous. Parfois, on lui téléphone et il va nous raconter son tour du monde sur le Spray.

 

 
accueil